NAO2017: Rétablissons un peu de justice sociale

Préambule

Les salaires sont des éléments qui contribuent à la reconnaissance du travail, de la qualification du salarié.

Chaque année le salarié augmente son savoir-faire soit par l’expérience acquise soit par le processus de formation professionnelle.

Le savoir-faire et la qualification du salarié sont mis à disposition de l’employeur qui en échange propose un salaire et un emploi. Le salaire doit être en adéquation avec le savoir-faire et la qualification. Il appartient à l’employeur d’offrir un travail permettant au salarié d’exercer son savoir-faire. C’est le paiement de la reconnaissance de la qualification.

Dans le cadre des négociations de la convention collective, l’Union des Industries et Métier de la Métallurgie (organisme patronal de la Métallurgie) voudrait changer la donne en proposant un salaire correspondant au poste occupé sans reconnaissance de la qualification : c’est le paiement au poste occupé.

C’est la porte ouverte à toutes les dérives organisationnelles. Ainsi un salarié pourrait se voir réduire son salaire par le fait d’un changement de poste moins coté. Des postes dans une sorte de « Bourse à l’emploi » similaire aux sociétés où les salariés par le jeu de l’offre et de la demande seraient les pourvoyeurs de la dégradation de la valorisation de leur poste.

Enfin, les primes diverses (panier …), les indemnités d’organisation du Travail, les heures supplémentaires n’existent pas pour compenser la faiblesse des salaires mais bien pour indemniser le salarié sur une dégradation de ses conditions d’emploi.

Nous voulons une société de progrès où le salaire et la reconnaissance sont au cœur de la démarche revendicatrice.

La réalité

Les premières informations sur les résultats du Groupe sont extrêmement satisfaisantes.

Ceux de Thales Avionics non encore définitifs le sont tout autant. Tous les indicateurs sont au « vert ».

Thales Avionics doit ses bons résultats à la compétence et l’implication de tous les salariés de l’Ouvrier au Cadre dirigeant.

Cette réussite ne se limite pas aux frontières de Thales Avionics. Thales Avionics est un contributeur majeur à la bonne santé du groupe et à sa bonne image vers l’extérieur.

Les actionnaires vont encore se gaver. Il est bon de rappeler que sans les créateurs de richesses que sont les presque 4000 collaborateurs, ils ne le pourraient pas, se gaver. Ces créateurs sont les maillons essentiels de la bonne marche de la société. Les félicitations nous les prenons comme elles viennent mais cela ne suffit pas. Maintenant c’est le partage du gâteau que nous voulons, une répartition plus équitable des bénéfices, une valorisation plus juste des savoir-faire.

La structure salariale

Il est nécessaire que la qualification soit rémunérée, de ce fait nous ne revendiquons pas le même salaire pour tous. Au contraire il faut donner la possibilité au salarié de voir son salaire évoluer régulièrement au cours de sa carrière. C’est le sens d’une grille de classification et de rémunération de l’ouvrier au cadre supérieur.

Aujoud’hui nous pouvons constater une envolée des rémunérations des cadres  3C et 3B avec 26% de la Masse Salariale Totale. Avec les cadres 3A en sus c’est 58% de la Masse Salariale Totale.

Les paramètres dimensionnant de nos propositions :

  • Le Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale augmente de 1,6% en ce début d’année
  • 150€ pour tous correspond à une augmentation de la Masse Salariale de 3,3%
  • Une structure de rémunérations à rééquilibrer

Propositions

La base de nos revendications repose sur un rééquilibrage de la structure salariale autour d’une augmentation générale pour tous de 150€, d’une politique de promotion valorisante, d’un plan d’éradication des irrégularités et inégalités entre salariés sur trois ans.

Les revendications sont :

  1. 150€ au minimum pour tous: n’écarte pas la mise en œuvre en sus de mesures plus individuelles
  2. Toute promotion doit être attachée à une augmentation minimum de 4% pour asseoir la reconnaissance de la qualification acquise
  3. La Prime d’Ancienneté doit être calculée sur le salaire de base et non le minimum conventionnel
  4. La Prime Variable Collective sur Objectifs à 2200€ (basée sur la RV moyenne d’un Cadre débutant)
  5. La Rémunération Variable du Cadre réintégrée dans le salaire de base
  6. Le 13ème mois à 2600€ minimum (2450 + 150

Voir tract associé: 20170119-tav-propositions nao -04

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *