NON A LA FERMETURE IMPOSEE

La fermeture imposée des sites au mois d’août n’est pas acceptable.

Cette fermeture imposée n’a aucune raison économique, elle serait fondée sur des critères d’organisations, de besoins d’assurer une « pause estivale » aux salariés.

Rappels des propositions de fermeture de la direction

Ponts pour tout TAV :

Le Vendredi 26 Mai 2017 et le Lundi 14 Aout 2017

Fermeture imposée 15 jours en été :(1) (2)

Du Lundi 31/07/2017 au Lundi 7/08/2017

sur CP

Du Mardi 8/08/2017 au Vendredi 11/08 /2017

sur 4 JRTTcoll

Fermeture imposée 4 jours en hiver 2017 :(1)

Du Mardi 26/12/2017 au Vendredi 29/12/2017 sur 4 JRTTcoll

(1)Hors CSC et IFE Roissy

(2)Hors BRE CCI et QUAL INDUS

FAUX ARGUMENTS DE LA DIRECTION

Tout ceci est « fallacieux ».

C’est plus une désorganisation du travail qui s’opère, générant des retards de livraison, les responsables opérationnels ne le cachent plus.

Les salariés sont les seuls à connaître leurs besoins en termes de pause estivale. C’est en famille que nous voulons partir en vacances et non nécessairement en même temps que nos collègues.

Il est assez cavalier de la part de la direction de se préoccuper de la santé des salariés alors qu’elle met en place des organisations de travail qui fatiguent les organismes (Lean et ses dérivés par exemple).

La direction a tous les pouvoirs pour imposer et organiser les départs en congés des collaborateurs, c’est la loi.

La direction a tout loisir de choisir le positionnement des jours collectifs, c’est dans un accord.

La direction a le devoir de prendre en compte la santé physique et morale de ses subordonnées et ceci passe par supprimer les contraintes superflues. La fermeture imposée sur 15 jours en est une, elle fait mal, elle est mal vécue par plusieurs salariés. C’est une contrainte forte pour certaines familles et certains « porte-monnaie ».

La direction évoque que peu de salariés sont gênés par la fermeture imposée sur 15 jours. Alors pourquoi imposer, le bon sens des salariés s’imposera. C’est plus son besoin d’assoir son pouvoir de décision que veut affirmer la direction, voire satisfaire un groupe fermé de managers de haut niveau dont la fermeture imposée est une opportunité pour lâcher prise.

Une fois de plus la négociation sur la fermeture n’a pas eu lieu. Sans arguments crédibles, sans pouvoir objecter ceux des représentants des salariés, la direction impose ses vues. Le besoin d’une véritable démocratie dans l’entreprise est soulevé.

REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL, AU CŒUR DES PREOCCUPATIONS

Mais le fond du problème, c’est la réduction du temps de travail, le partage du travail, le passage vers les 32h. Pour les cadres c’est flagrant, il y a nécessité de réduire le nombre de jours travaillés, de limiter les durées journalières et hebdomadaires. Ce n’est plus un problème d’autonomie, de liberté de travailler mais bien un problème de santé au travail.

A Châtellerault, au CSC il n’y a pas de fermeture imposée, à la Brelandière ce sera la même chose du fait des contraintes opérationnelles pour CCI et Qualité Industrielle.

A l’IFE Roissy, la question ne se pose pas, la fermeture imposée est impossible.

A Valence, comme l’an passé ce sera la « pagaille » dans le respect des livraisons.

Dans de nombreux secteurs la fermeture imposée est source de désorganisation opérationnelle.

Alors faisons confiance dans le professionnalisme des salariés qui sauront assurer la qualité du travail.

Les cadres aspirent à un meilleur équilibre entre le temps au travail et le temps en famille.

Le droit de déconnexion du subordonné doit devenir un devoir de moyens donnés par son manager. Il est de la responsabilité du manager que son subordonné puisse exécuter son droit de déconnexion.

C’est de ceci qu’il faut négocier.

Réduire le temps de travail c’est une possibilité d’embaucher, de contribuer à la réduction du chômage, de relancer la croissance, de remplir les caisses des organismes de retraites complémentaires ARRCO/AGIRC. C’est une opportunité de rajeunir les effectifs.

C’est de ceci qu’il faut négocier.

Enfin, la direction ne fait aucun geste pour prendre complètement en charge la journée de solidarité. De nombreuses PME continuent de la considérer comme chômée/payée.

AUCUNE FERMETURE IMPOSEE PENDANT LA PERIODE ESTIVALE.

PRISE EN CHARGE DE LA JOURNEE DE SOLIDARITE

OUVERTURE DE NEGOCIATIONS SUR LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL

LES SALARIES SONT ASSEZ RESPONSABLES POUR ASSURER LA QUALITE DU TRAVAIL, ASSURER LES LIVRAISONS, LAISSEZ-NOUS TRAVAILLER

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *