Espace de discussion et de réflexion

Signaler un problème, se désabonner du forum, contactez l’administrateur du site :

Notifications
Clear all

Châtellerault : les salariés de Mecafi Nexteam suspendent 242 croix aux grilles de l'usine  

pascald38
(@pascald38)
Membre Moderator

Lundi 20 juillet à Châtellerault, les salariés du sous-traitant aéronautique Mecafi Nexteam ont suspendu aux grilles de l'usine 242 croix en bois. Comme le nombre de suppressions de postes prévues par la direction.

Les salariés ont suspendu 242 croix en bois aux grilles de l'usine principale de Mecafi Nexteam, rue Denis-Papin.

 

Les salariés ont suspendu 242 croix en bois aux grilles de l'usine principale de Mecafi Nexteam, rue Denis-Papin.
Une action symbolique. Lundi 20 juillet à Châtellerault s'ouvre la procédure de Plan de sauvegarde de l'emploi de l'entreprise Mecafi Nexteam. Ce PSE prévoit la suppression de 242 postes, sur les 500 que compte le sous traitant aéronautique dans la sous préfecture du Nord-Vienne.

En soutien aux représentants du personnel - en réunion avec la direction toute la journée - quelques dizaines de salariés sont réunis depuis 9 h à l'extérieur du site principal, rue Denis-Papin.

"Notre direction condamne 242 familles !"

Dans la matinée, les salariés ont fabriqué 242 croix en bois, qu'ils ont suspendues aux grilles de l'usine. "Notre direction condamne 242 familles !", clament-ils.

La procédure de PSE de Mecafi Nexteam doit durer environ trois mois. Les licenciements devraient être effectifs à la fin de l'année 2020.

Ce sujet a été modifié le Il y a 6 mois 4 times by pascald38
Quote
Topic starter Posté : 20/07/2020 7:46
pdelouche
(@pdelouche)
Membre

Châtellerault. Grève reconductible chez Mecafi Nexteam, "la direction ne joue pas le jeu" estime l'intersyndicale

Les salariés sont appelés à cesser le travail dès le 21 septembre pour protester contre les propositions de la direction dans le cadre du plan de sauvegarde de l'emploi qui prévoit la suppression de 242 postes. 

Les salariés de MECAFI sont appelés à cesser le travail depuis ce matin et pour une durée indéterminée.
Les salariés de MECAFI sont appelés à cesser le travail depuis ce matin et pour une durée indéterminée. © Antoine Morel - France Télévisions
Grève reconductible à compter de ce lundi 21 septembre. Les salariés du sous-traitant aéronautique Mecafi Nexteam basé à Châtellerault sont appelés à faire pression sur leur direction alors que les syndicats discutent actuellement le plan de sauvegarde de l'emploi qui doit être clos le 20 octobre. L'intersyndicale CGT-CFDT estime que les propositions mises sur la table sont "inacceptables".

Prime supra-légale à 0 euros, six mois de congés de reclassement alors qu'il en faudrait "au minimum 12 ou 17" ; pour Stéphane Le Bihan, délégué CGT, le compte n'y est pas. Mécontentement aussi sur la sauvegarde éventuelle de postes : la direction propose d'en préserver 13, le syndicat s'appuie sur le rapport d'expert du cabinet Sécafi qui avance le chiffre de 86. 

Nous allons demander que le PDG du groupe descende pour lui rappeler qu'un PSE est dimensionné au groupe et pas à une de ses filiales. Mecafi est peut-être en difficulté financière à cause du covid et de Boeing (...) mais le groupe Nexteam se porte très bien

Stéphane Le Bihan, délégué CGT Mecafi Nexteam

"Convaincre plutôt que contraindre" ; ce matin, certains salariés, souvent pour des raisons financières, n'avaient pas arrêté le travail. Un choix respecté par ceux qui étaient réunis devant les grilles de l'entreprise, dans une ambiance bon enfant mais visiblement déterminés à aller jusqu'au bout.
 

Ils se foutent de notre gueule ! Ils veulent la guerre, on va faire la guerre, ils veulent rentrer dans le dur alors on y va. Maintenant combien de temps ça va durer ? On se sait pas.

Charles Mopin, salarié gréviste de 59 ans

 

Depuis l'ouverture des négociations le 20 juillet dernier, les discussions sont tendues. L'intersyndicale CGT-CFDT qui prévient qu'elle n'hésitera pas à aller jusqu'au blocage des sites de production, estime également qu'il existe des solutions alternatives au PSE pour sauvegarder des emplois avec de l'activité partielle ou des formations. 

Depuis le départ, cette direction ne joue pas le jeu.(..) Son seul souci, c'est d'abord les actionnaires, et après les salariés. Ce n'est plus possible.

Stéphane Le Bihan, délégué CGT Mecafi Nexteam

This post was modified Il y a 4 mois by pdelouche
RépondreQuote
Posté : 21/09/2020 1:07
pascald38
(@pascald38)
Membre Moderator

Plusieurs industries s’apprêtent à supprimer des emplois à Châtellerault dans la Vienne. Les salariés se battent pour sauver ce qu’ils peuvent.

Le secteur de l’industrie ne cesse d’être enfermé dans une importante crise économique. Du côté de Châtellerault dans la Vienne, les salariés de la société Mecafi continuent de se battre. Ils ont bloqué le site pendant trois semaines pour faire entendre leurs revendications. S’ils ont obtenu des primes de départs et évité 30 licenciements, 211 salariés vont se retrouver sans emploi. 

Thalès en pleine crise

Mecafi n’est pas la seule société à souffrir dans les environs. Les sous-traitants automobiles se retrouvent en difficulté avec beaucoup de postes menacés. Sur le site de Thalès à Châtellerault, les salariés sont en pleine négociation avec la direction. Ils redoutent notamment que leur travail soit finalement réalisé par d’autres travailleurs dans des usines du groupe situées en Roumanie ou même en Inde dans des centres de compétences similaires à celui en France. 

Regarder la vidéo : https://mobile.francetvinfo.fr/economie/industrie/industrie-chatellerault-en-pleine-tourmente_4176063.html#xtref=acc_dir&xtref=https://www.francetvinfo.fr/economie/industrie/industrie-chatellerault-en-pleine-tourmente_4176063.html

 

RépondreQuote
Topic starter Posté : 11/11/2020 6:32

Laisser une réponse

Author Name

Author Email

Titre *

 
Preview 0 Revisions Saved
Imprimer cet article Télécharger cet article