A Toulouse, le télétravail COVID prolongé jusqu’à la fin d’année ?

Fini le confinement, l’heure est au retour sur site mais… la direction souhaite qu’AVS Toulouse soit site pilote pour la mise en œuvre d’un nouveau mode de fonctionnement incluant du télétravail pour tous afin de profiter de l’efficacité collective sur site et individuelle en télétravail, afin d’augmenter notre compétitivité.

L’idée poussée par la direction serait que les salarié·e·s soient 3 jours sur site et 2 jours en télétravail, charge à chaque équipe de trouver l’organisation qu’elle souhaite réaliser (en prenant en compte les contraintes d’organisation émises par la direction, les chefs départements, …).

Cela revient à compromettre le principe de volontariat du salarié pour le télétravail.

D’autre part, mettre en place cette organisation en télétravail ne devra pas se faire dans l’urgence comme lors du début du confinement. Pour la CGT il faut :

  • Reprendre les principes de l’accord télétravail sur l’adaptation d’un espace à la maison et la fourniture d’un téléphone portable
  • Négocier également sur les sujets de la mise à disposition d’un siège, d’un écran, de la participation aux frais (internet, chauffage, électricité, loyer, repas, …), de l’assurance…
  • Réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour assurer la bonne cohésion des équipes, la communication avec les organisations syndicales, le suivi médical des salarié·e·s…

Il semble difficilement concevable d’imposer le télétravail si c’est pour avoir une augmentation des TMS et RPS !

Il faudra aussi être attentif à la mesure de la productivité et des impacts, si jamais elle n’est pas atteinte et si des salarié·e·s ne souhaitent pas continuer le télétravail dans ces conditions (augmentation de la pression, demande d’amplitudes horaires plus grandes, impact sur la notation, …).

En effet plusieurs observations et études sur le télétravail ont déjà menées au sein de Thales :

  • Au niveau du Groupe via Thales UK depuis plusieurs années,
  • Au niveau AVS via T&S depuis le début du confinement.

Les conclusions se rejoignent sur un plafonnement de l’efficacité (de 70% à 95% selon les types de métiers).
En dehors de Thales beaucoup d’études ont également déjà été menées sur l’efficacité du télétravail, en particulier en Allemagne, au Royaume-Uni et en Australie avec des constats globalement similaires, en particulier sur le phénomène de plafond qui est observé partout.
Comment le site de Toulouse pourrait-il déroger à cette règle statistique ? Après l’Argent Magique de notre Président, notre Directeur compte-t-il nous dévoiler du Télétravail Magique ?

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *