Vélizy, vive la lutte des travailleurs des Antilles

Depuis plusieurs semaines, nos sœurs et frères de classe des Antilles luttent contre la misère sociale. 

La goutte d’eau qui a fait déborder le vase c’est l’obligation vaccinale et le pass sanitaire.

D’emblée, il y a eu des suspensions de travail et de salaires dans les hôpitaux, chez les pompiers alors qu’il n’y a pas assez d’effectifs en temps ordinaire.

Pourquoi l’obligation vaccinale n’est-elle pas acceptée ?

La colère est profonde par tant de mépris. Plusieurs crises s’accumulent.

Crise sanitaire : problème de canalisation pour l’acheminement de l’eau potable, empoisonnement au pesticide chlordécone qui a eu pour effet de développer un grand nombre de cancers de prostate, le plus élevé dans le monde. Pour votre information ce pesticide a été interdit à partir de 1975 pour sa toxicité mais une dérogation a été donnée par l’Etat Français aux producteurs de bananes pour qu’ils continuent à l’utiliser aux Antilles et cela jusqu’en 2009. Au final, les terres sont contaminées et les eaux polluées.

Crise sociale :  en référence à la métropole, les salaires sont moins élevés, le coût de la vie est 40% plus élevé et le chômage 2 fois plus haut.

Crise identitaire : les antillais malgré leur diplôme acquis en métropole n’ont jamais des postes à responsabilité lorsqu’ils reviennent aux Antilles. Le système colonial continue à perdurer.

Crise médiatique : les médias sont à la solde des lobbies patronaux.

Crise politique : Les antillais ne font pas du tout confiance aux politiques locaux qui une fois élus n’améliorent pas leur quotidien. Ils sont aussi à la solde des lobbies patronaux.

L’abstention lors des dernières élections s’élevait à 69%.

Médias, gouvernement et patronat ne parlent que des violences dans le seul but de discréditer les mobilisations, comme ils l’ont fait pour les gilets jaunes. Le gouvernement parle d’autonomie pour tout simplement faire diversion.  Mais qui a entendu parler de la grosse manifestation (15000 personnes) à Pointe-à-Pitre, samedi 27 novembre, et des revendications des travailleurs ?

Les Antilles veulent juste être des départements à part entière mais pas entièrement à part. Les travailleurs veulent avoir les mêmes considérations que dans l’hexagone.

            Nous, la CGT, apportons notre soutien total aux travailleurs des Antilles car ici aussi, en métropole, nous avons à peu près les mêmes revendications sur le pouvoir d’achat, le chômage, les retraites …

Alors,

Solidarité et même combat !

Vélizy, le 06 décembre 2021

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.