Thonon, NAO 2022 : UNE PAIRE DE PANTOUFLES POUR NOTRE PDG !!!

Notre PDG Patrice Cain, en plein marasme social au sein de sa société, trouve le temps d’accorder une interview au Figaro !

Et de quoi parle notre obtus en chef, dans cette feuille de chou réactionnaire et conservatrice ? Des programmes scolaires ! Rien que ça !

Avec 30 autres patrons comme lui, il co-signe une tribune intitulée « Sauver les maths ». Nous, nous aurions préféré que ces augustes personnes réfléchissent à comment faire pour sauver le dialogue social, mais non, c’est un autre sujet qui les intéresse à cet instant ! 

Obnubilé et envoûté par les sciences dures, notre PDG nous gratifie d’un indigeste amalgame de bons sentiments paternels et de constats professionnels !

Exit les hauts fonctionnaires du Conseil National des Programmes et du Conseil Supérieur de l’Education ! Celui qui a réussi le tour de force de transformer en quelques années toutes les valeurs sociales de notre groupe, en résultats comptables, souhaite voir tous les enfants de France à son image, celle d’un boutiquier !

Non, les sciences dures ne sont pas tout ! Nous avons aussi besoin, de poètes, de sociologues, d’anthropologues, de philosophes, de dessinateurs, d’artistes en tous genres, et bien d’autres choses encore ! Nous avons surtout besoin d’enfants épanouis au travers d’apprentissages divers, et qui couvrent tous les aspects des besoins humains, qui ne se résument pas à savoir compter !

Incapable de gérer de manière adulte, la plus grande crise sociale que connaît le groupe depuis de très nombreuses années, notre PDG, dont il se dit qu’il briguerait un poste Ministériel, en cas de réélection d’Emanuel Macron, se permet de remettre en cause le travail des hauts fonctionnaires du Ministère de l’Education ! Comme cela est d’ailleurs la mode en ce moment, avec le scandale d’Etat des cabinets de conseils !

Monsieur le PDG, avant de faire des leçons sur des sujets que vous ne maîtrisez pas, assumez de manière adulte le conflit des logiques qui nous anime, et qui amène 5000 salariés du groupe à faire grève depuis bientôt 3 mois, plutôt que de le traiter avec mépris et violence !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.